Mémoire du geste

Extrait :

« En quoi mon travail parle-t-il de mouvement et de geste alors que les formes, les matériaux que j’emploie ainsi que la symétrie présente dans toutes mes pièces lui confèrent une certaine rigueur et rigidité ? Je crée des pièces, pour la plupart statiques et immobiles. Toutes les notations ne sont-elles pas immobiles ? Pourtant elles suggèrent le mouvement. Je pense qu’une notation est faite pour être manipulable, composée et interprétée. Une notation est un outil. Elle me permet de rendre clair et reproductible quelque chose d’éphémère, tel qu’une action, un geste, un son, une histoire racontée… Les partitions libèrent le sujet créateur car elles ne cherchent ni à catégoriser ni à organiser mais à rendre le processus lisible. Une partition est en-soi le support de notre propre expression, « un support de mémoire » (Bernard Stiegler). Une partition s’interprète, se personnalise. Mes dessins sont en ce sens la trace graphique du mouvement ; ou du moins, la trace de mon expérience individuelle du mouvement. »

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *